Et ça coûte cher ?

Dans la construction d’une maison passive il y a un surcoût d’environ 10 % (cette valeur est toutefois très variable en fonction des matériaux utilisés), lié à l’isolation plus importante, au terrassement pour le puits canadien, à l’étanchéité à l’air, aux châssis adaptés…. Par ailleurs les coûts de fonctionnement sont de 4 à 10 fois moins élevés du fait de la faible demande en énergie. L’un dans l’autre avec les subsides octroyés pour ce type d’habitation, on peut estimer que, sur 10 ans, le coût d’une maison passive est équivalent à celui d’une maison traditionnelle.

Evidemment l’investissement sera d’autant plus vite amorti que le prix des énergies fossiles ira en augmentant.

A cet aspect s’ajoutent les primes et réductions d’impôts qui viennent adoucir la facture. Actuellement il y a une prime pour les maisons passives, tant en Région wallonne qu’en Région bruxelloise.

, un montant de est attribué aux logements qui répondent aux critères de la maison passive.
, la prime pour les maisons passives est de de surface de plancher jusque 150 m² et 50 € m² au-delà.
, vous avez droit à une par période imposable et par habitation durant 10 périodes imposables successives, pour l’acquisition, la construction d’une maison passive et la rénovation d’une maison en maison passive.